L'homme n'aurait jamais marché sur la lune !

Page 9 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'homme n'aurait jamais marché sur la lune !

Message par anthony95 le Dim 27 Jan 2008 - 10:56

Rappel du premier message :

L'homme n'aurais jamais marché sur la lune !
Regardez ce documentaire très explicite !

Partie 1/4 - Partie 2/4 - Partie 3/4 - Partie 4/4



A vos commentaires !



Edition des liens par SandyL


Dernière édition par le Lun 18 Fév 2008 - 22:06, édité 1 fois

anthony95
**

Masculin
Messages : 74
Inscrit(e) le : 19/11/2007

http://forum-wow.org/index.htm
anthony95 a été remercié(e) par l'auteur de ce sujet.

  • 0

Re: L'homme n'aurait jamais marché sur la lune !

Message par FANCH 56 le Dim 7 Oct 2012 - 11:01

Quelles inepties...............................

FANCH 56
+ Hyperactif +

Masculin
Messages : 13260
Inscrit(e) le : 25/07/2005

http://www.anciens-cols-bleus.net/
FANCH 56 a été remercié(e) par l'auteur de ce sujet.

Re: L'homme n'aurait jamais marché sur la lune !

Message par #Lokkhy le Lun 8 Oct 2012 - 0:16

En effet, ces arguments me semblent peu objectifs et assez vides ^^' ... La technologie évolue de façon exponentielle en tant de guerre et encore plus durant la guerre froide (que l'on compare généralement à une guerre d'image et de sciences).

- J'ajouterais que le première homme a avoir voyagé dans l'espace n'est pas à américain mais russe ...
- A cette époque on connaissait déjà les boucliers thermiques et les conséquences du rayonnement solaire (rayonnement du corps noir), aujourd'hui on ne fait que les améliorer ...
- La Lune n'est pas une planète, c'est un satellite ... Ce n'est pas une planète morte, c'est un "bout" issu du refroidissement du noyau initial de la Terre.
- La vie sur la Lune est impossible, effectivement, mais c'est plus due à sa position (et son lien gravitationnel vis à vis de la Terre) qu'à ce qui la touche. Même si ça n'aide pas, ça reste des dommages collatérales par rapport aux raisons intrinsèques de l'absence de vie sur la Lune ^^'.
- La Lune est notre protectrice parce qu'elle régit de nombreux phénomènes cosmologiques sur Terre, comme les marées ou encore l'agencement de notre bouclier magnétique, qui ne nous protège pas vraiment des astéroïdes, c'est plutôt la friction liée à l'entrée dans l'atmosphère terrestre qui nous sauvegarde (et encore, ça dépend).
- Les Russes n'ont pas mis les pieds sur la Lune parce que les Américains l'ont fait avant (même si ce n'est pas vrai, et ça reste encore à prouver, ça a été médiatisé). A quoi bon aller manger les restes des Américains dans une guerre du : "premier qui fait".
- Pourquoi nous n'allons pas sur la Lune ... Parce que franchement, ça n'a rien d'intéressant économiquement parlant ._. ... Faut être lucide, on vit plus dans un monde de profit que dans un monde où l'exploit scientifique prévaut (je sais tout ça, je vis dedans xD).
- Actuellement, la mesure Terre-Lune se fait encore par impulsion laser sur des réflecteurs disposés sur la Lune ... Qu'un 'ricain ait ou non déposé un pied sur la Lune, il a bien fallu y aller pour les déposer ces réflecteurs x') ... Et c'est un argument univoque, pour peu que l'on ait le matériel nécessaire, n'importe qui peut effectuer cette mesure, ce n'est pas bien complexe.

En fin de compte, tous les arguments sont souvent conspirationnistes ... On aime la théorie du complot, c'est dans notre nature. Mais au final, que l'Homme ait ou non posé le pieds sur la Lune, c'est le symbole qui domine ^^ ... et ça reste un beau symbole, qui, quoi qu'on en dise, n'a pas encore encore été démenti de façon fiable. Les arguments trouvent des contre-arguments sans arrêt.

Quand à la technologie et nos connaissances puisqu'on en parle. Les trois quart des principes connus aujourd'hui le sont depuis des siècles, on recycle plus qu'on ne découvre, généralement x').
Et puis, notre compréhension est pas si développée que ça ... OK, on peut faire voyager un satellite dans l'espace avec une poussée constante ... Mais on ne sait toujours pas expliquer de façon clair comment se mélange l'eau et l'huile x') ... C'est comique.

Enfin bref, pour moi, tout ça, c'est un débat sans fin. Je préfère conserver l'image du premier homme ayant marché sur la Lune comme un véritable exploit ... Ca fait rêver et ça rend fier (que ce soit un russe ou un américain), même pour l'homme de science que je suis.
La conspiration c'est bien jolie, mais c'est pas vraiment solide Mr. Green !

#Lokkhy
Nouveau membre

Messages : 20
Inscrit(e) le : 14/09/2012

http://forum.forumactif.com
#Lokkhy a été remercié(e) par l'auteur de ce sujet.

Re: L'homme n'aurait jamais marché sur la lune !

Message par Manumanu le Lun 8 Oct 2012 - 0:45

Laissez couler ce topic à troll au lieu de le remonter tout le temps. Rolling Eyes

Manumanu
****

Masculin
Messages : 437
Inscrit(e) le : 27/12/2011

http://helpinghelps-phpbb2.forumgratuit.org/
Manumanu a été remercié(e) par l'auteur de ce sujet.

Re: L'homme n'aurait jamais marché sur la lune !

Message par Invité le Lun 8 Oct 2012 - 22:17

c'est très fantasmant l'espace

Spoiler:
L'entraînement incluait des vols en apesanteur, des tests d'isolement, des tests de centrifugeuse, de l'ingénierie spatiale, de la propulsion théorique, 120 sauts en parachute et un entraînement de pilote sur des avions de combat MiG-15UTI. Cependant les femmes n'étaient pas vraiment intégrées au détachement des cosmonautes et considérées sur une base égale pour les affectations de vols. Les dirigeants soviétiques considéraient les vols de femmes dans l'espace seulement comme un outil de propagande, ce qu'était déjà une grande partie de la conquête de l'espace pendant la guerre froide. C'est Nikita Khrouchtchev lui-même qui fit la sélection finale, choisissant Terechkova sur les cinq femmes finalistes.

Après cet unique vol, elle épousa le cosmonaute Andrian Nikolaïev. Le couple donna naissance à une petite fille, Elena, maintenant devenue médecin, et se sépara peu après. Puis elle quitta le programme spatial soviétique et reprit ses études.

ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants
bon certes,
mais je trouve que ça reste beau, on ne peut retirer aux soviétiques sur coup-là du panache

Fan-art en quelque sorte (du divertissement rien d'autre, anachronisme et côté kitch voulus :
Spoiler:
Le jour où j'ai marché sur la Lune et arrêté de fumer
J'avais vingt huit ans si mes souvenirs sont bons, cela a duré une semaine ; Louis Armstrong jouait
du saxo dans un club-house à l'ombre des buildings de New-york city ; Buzz Aldrin roulait des
cigares havane du côté du New-Jersey, et moi je me surprenais, comme Lance dans les cols, à
survoler le sol rocailleux de notre satellite, à la surface duquel nous pesons six fois moins que sur
Terre ; étant donné que je faisais soixante dix kilos (pour 1m 80 merci), autant vous dire que j'avais
l'impression de porter des bottes de sept lieues ; un petit pas en avant me faisait planer au-dessus de
trois cratères d'affilée, au bas mot, et je me disais qu'il me faudrait largement moins que le temps
d'une journée en heures terrestres afin de pouvoir faire un tour complet de l'astre ; je me sentais le
maître du monde, sous la lueur blafarde de la planète bleue. Et donc malheureusement, étant donné
que là comme ailleurs dans le système solaire, on ne peut jamais être complètement tranquille, c'est
ce qu'on peut appeler une loi universelle, il fallait donc un pépin pour m'empêcher de visiter tous les
recoins, ce qui survint sous la forme d'une flamme jaune jaillissant à la base de ma fusée. Un
appareil "classique" dont les mensurations n'étaient connues que des techniciens demeurés à Cap, en
Floride, où carnavals et corridas appartenaient aux mythes depuis que les gens avaient pu
contempler sur leur écran de télévision un gros plan du décollage de ma fusée. Baptisée "Davy
Croquette" en mon esprit en raison de mon feuilleton favori lorsque j'étais gosse ; une fusée à qui je
devais la vie, quand on se souvient, avec un frisson, ce qui arriva à mes collègues de Challenger
notamment. Cette fusée n'avait peur de rien, même pas de moi, l'homme qui avait manqué, par un
dimanche matin, s'électrocuter avec son propre gille-pain. Mais attention, on ne "pelote" pas comme
cela une fusée, ce coup-ci ce n'est une brûlure bénigne que l'on risque, plutôt y laisser notre peau, je
n'y tenais guère en dépit de mon scaphandre. Aussi il me fallut me résoudre à rentrer afin de traiter
le problème de l'intérieur, au repos. A vingt huit ans, je stoppais le tabagisme passif dans les
snacksbars
de la cité des anges pour devoir me casser la tête avec l'électronique d'une fusée capricieuse. Il
existe pire destinée !
Aucune pluie de météorites n'était prévue ce "jour"-là, le périmètre autour de la fusée ne pouvait
être comparé à ce qu'on montre aux néophytes dans les films de science-fiction, aucun besoin d'un
quelconque bouclier laser verdâtre ou de ne je ne sais quelle autre couleur afin de nous protéger, la
technologie et moi. Je me sentais bien, finalement, à l'intérieur du fuselage, en dépit que la pression
réglée afin d'éviter que ne s'envolent mes outils, m'empêchât de faire les sauts de carpe dont j'étais
capable sur le sol lunaire. Je réparais donc tranquillement le souci au niveau du moteur à éjection,
lorsque quelque chose attira mon attention. Non il ne s'agissait point de Bob, mon pote à la base, ni
d'un air de Reggae malgré la concentration dont je m'efforçais en m'escrimant sur les fils. Plutôt une
voix féminine........
"Coucou............. "
"Coucou.............."
Hum, j'allais sûrement devenir le premier astronaute à perdre sa raison à cause d'une flamme jaune
anormale apparue à la base de son appareil ; j'étais sur le point de fondre un fusible à cause de cette
douce voix féminine, dont je me montrais incapable de déterminer si elle provenait de mon
imagination ou bien de l'air de la Lune, lorsque sous mes yeux, depuis la "boîte noire" en quelque
sorte de la fusée, s'éleva un nuage de fumée blanche. "Oh merde !" pensai-je sur le coup ; ce n'est
plus une bonne femme que mon imagination dessinait cette fois dans ma tête, mais j'anticipais déjà
le bouillant orange d'une explosion qui allait m'engloutir des orteils jusqu'à la racine des cheveux, je
fermai les yeux comme un enfant, sans réfléchir.
"Cocorico !"
Et le retour sur Terre s'effectua en une fraction de seconde. Je me tenais face à un poulailler, en
pleine campagne, au milieu de tout et de rien sauf d'un parking de supermarché en dépit que j'aurais
voulu acheter un maximum de litres de lait afin d'oublier le geste inné des fumeurs en manque de
clopes. Des poules fermières roucoulaient sur la terre craquelée par la chaleur estivale et moi je
portais un jeans tout délavé depuis ma chute de vélo -rien de tel que le sport lorsque l'on souhaite
rompre avec une dépendance comme le tabac. Un grillage à moitié mangé de rouille me regardait à
la façon d'un clown alors que je commençais moi-même à grimacer en me rendant compte que ma
chute de vélo n'avait laissé mes côtes indemnes. Maudites caillasses sur le bord du chemin,
qu'aucun panneau de signalisation ne m'avaient permis d'éviter.
"Mon chéri......"
Quoi ?! non je devais me tromper, encore cette voix féminine que cette fois-ci je ne pouvais
confondre avec le gloussement des poules.
"Après un si long trajet jusqu'à moi à présent tu ne vas tout de même pas retourner dans l'Espace ?"
murmura l'apparition humaine quasi sous nez, alors que je me remettais de ma chute pour me rendre
compte qu'une somptueuse jeune fille, âgée d'une vingtaine d'années et légèrement vêtue tendait le
cou vers moi ; ses lèvres à l'odeur fruitée comme si elle venait de vider un sachet de ces bonbons
qu'on trouve à proximité des caisses des supérettes et vous font une haleine radieuse, d'après la
publicité.
Amélie.........
j'aurais voulu te croire
y croire à cette histoire
d'une fille si belle
jamais triste en dépit de moi
en dépit de la grisaille des villes
en dépit de l'âpreté des routes de campagne
cette fille si jolie
qu'elle ne pouvait que m'aimer
plutôt que me rendre à la fumée
et à la solitude des cratères de cendres
au fond de cendriers si las, depuis cette semaine-là
où je décidai follement d'arrêter de fumer
comme si le capitaine Haddock pouvait renoncer aux aventures de Tintin
Comme si..... l'humanité pouvait cesser de rêver
Wink

Invité
Invité


Invité a été remercié(e) par l'auteur de ce sujet.

Page 9 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum